AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 [TEXTES] "Les contes du Fifrelin"

AuteurMessage
Invité
Invité



Ven 12 Sep - 8:20

Quartier de Salma, durant une après-midi pluvieuse, la salle de l’auberge est comble quand un curieux personnage au grand chapeau à plume et un lute sous le bras vint s’installer sur un tabouret au milieu de la salle.
Jouant quelques accords, il appela les consommateurs :


Oyez oyez, damoiselles, damoiseaux
Venez écouter cette histoire du passé

Dérangés dans leur boissons, quelqu’un se tournèrent vers le barde. L’un deux, un grand norn vétu de fourrure pris la parole.

- Qui est tu, toi qui ose nous déranger alors que nous tentons de chasser la misère de ce jour dans cette magnifique bière ? Serait tu Skaald ? Dit t’il en levant sa choppe.

- Ici, on me nomme Faldin le Fifrelin ! Chanteur, bretteur et séducteur ! Et je suis ici pour votre divertissement. Prenez vos aises, reprenez à boire et écouter le Fifrelin comptez le Travail d’Eldin le Forgeron, Bénis par Mélandru et Maudit par Grenth. !

Sur ces mots, le barde se remis à jouer, captivant la salle sous les accords de son lute enchanté.

Notre histoire commence il y a bien longtemps
En ces temps reculés, les dieux marchaient encore sur terre
Orr s’élevais fièrement en face de la côte
Ascalon et la Kryte n’étais encore que l’ombre de ce royaume magique
La guerre des guildes une notion inconnu

Certains les disent humain. D’autre centaure
Nul n’en à vue depuis des siècles
Esprit de la nature
Etre de bois
Je veux bien sur parler des druides de Maguuma

Le Fifrelin sait qui ils étaient
Car le Fifrelin à vue ces créatures
Dix jours et dix nuits il a veillé
Attendant son heure
Jusqu’à ce que l’un lui parle

« Que veux-tu ? » Lui dit la créature
« Je veux savoir ! » Répondit t’il
« Les secrets des druides ne sont pas pour les humains » Fit la créature en le laissant dans la Jungle
Dix jours et dix nuits, Le Fifrelin attendit encore

« Tu es patient petit homme ». Dit le Druide
A l’aube du onzième jour
« Je ne partirais que quand je saurais » Répondit le Fifrelin
« Soit, Suis moi et tu sauras »

Humain et druide s’enfoncèrent dans la Jungle
C’est là que le Fifrelin appris la Légende d’Eldin
Le druide lui raconta comment les siens renièrent la chaire
Encore humain à l’époque, mais déjà puissant
Ils appelèrent le métal de la terre et les racines d’un chêne centenaire
Avec ils créèrent un artéfact, longue lance à deux lames
La nommèrent le Réceptacle et y mire leur essence d’humain

Les druides devinrent les Druides
Etre de Bois
Esprit de Nature
Le Receptacle fut oublié
La jungle repris ces droit

Puis vint la guerre des guildes
Et avec elle Eldin
Eldin avait un marteau
Un marteau et une enclume
Tous deux bénis par Mélandru

Comment il obtint ces objets
Il les tenait de son père
Mais ceci est une autre histoire
Je la conterais une autre fois

Le marteau d’Eldin pouvait tout plier
Fer, pierre ou bois
Son enclume pouvait tout chauffer
Rendant tout malléable
Avec, Eldin fit les plus belles armes de Kryte

Riche et respecté
Il n’était pas heureux
Fuyant la guerre et la gloire, il s’enfonça dans la Jungle
Espérant y trouver, de quoi forger la plus belles arme de toute

Mélandru protégeais Eldin
Et il s’enfonça sans crainte au cœur de Maguuma
Il découvrit le Réceptacle, oublié de tous
Enfuis sous la mousse, il trébucha dessus
« Quel est-cet objet ? » Dit t’il en se relevant
« Une lance ? Mais trop grande pour un homme »
« Ma foi, peut-être est-ce que je cherchais, je referais des armes du métal de cet objet »

Ainsi débuta le Travail d’Eldin
Quinze ans il dura
Il brisa la lance, en trois morceaux et milles éclats
Des lames il fit deux espadons
Du manche un long baton

Regardant les trois objets
Son regard remarqua les éclats et il dit tout haut
« Voici surement les plus grandes armes de toutes les armes, mais mon travail n’est pas finit ! »
Quinze autres années
Il forgea les éclats
Il en fit quatre grands arcs
Vingt dagues
Et des flèches des restes

Le Travail était enfin terminé
Eldin était devenue vieux
Une longue barbe blanche lui ornant le menton jusqu’au genou
« Je suis vieux et fatigué, et ma vie est accompli » Dit t’il en regardant les cieux
Et Grenth lui répondit, apparaissant devant lui
« Eldin ! Ta vie est finit, mais ton Travail t’interdit l’entrée au Royaume des Mort »
Fit le Dieu courroucé !
« Tes armes sont uniques, et trop dangereuses pour les mortels »
« Pour te punir tu en sera éternellement le gardien »

Et avant même que le Forgeron n’ai pu implorer pitié, le Dieu était partit
Eldin chercha la mort, et se réveilla à chaque fois
Il chercha à fuir, et retrouva ses armes.

C’est seulement quand il accepta son destin
Qu’il vit ce qu’il avait fait
Toutes ses armes étaient en double
Une plus noire que la nuit, l’autre brillante comme le soleil

En effet les druides, en abandonnant leur essence
Avait donné deux choses au Réceptacle
Le Bon et le Mauvais
Mais en forgeant, Eldin les avait séparés
Créant autant d’armes maudites que d’objet bénis.

La Légende ne resta pas inconnue
Régulièrement un aventurier venait défier Eldin
N’étant pas un guerrier, incapable de tuer
Il choisissait à chaque fois la plus faible de ses armes
Allant mourir face à l’épée du Chevalier
Qui repartait avec un bel objet.

Ainsi ce termine mon histoire
Regardez maintenant dehors
Le soleil brille
Buvez
Dansez
Je reviendrais demain
 

[TEXTES] "Les contes du Fifrelin"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Story] BIONICLE Les Contes de Sahmad : Podcast 1
» LES TEXTES ET LES DIALOGUES
» [Evenement role play] La veillée des contes
» Nouveaux contes electeurs ?
» [Preview] Les contes de L'Orient

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum