AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 [BG : Morgana Aube-Rouge] La Légende Du Crépuscule

AuteurMessage
Y a Des Marqueurs
La Main Droite Replay
avatar

Age : 24
Localisation : Avec DSK

Mer 10 Sep - 1:04

La Légende Du Crépuscule


Tobby était un gamin. Il avait une chemise en coton trop ample au manche bouffante qui ballottait aux souffles des vents marins et un pantalon de toile mordant sur ces chaussures éventrées. Moriarthy adorait les jeunes tête blonde qui ne lui ferait jamais de tort sauf lors d'un caprice rapidement écourté. Plutôt que de ce déplacer, il l'avait envoyé chez Weber prendre ce que ce petit con de tavernier trop jeune pour encaissé les billes de plombs, lui devait. Sa taverne se suspendait quand l'arche était encore, craquante et rugissant d’activités en tout soir quand se mouillait les navires et les drapeaux noirs, la bas, jouissant de leur statut et brandissait leur couleur sans pudeur. Il  gravit avec une légère crainte les lattes de bois tournoyante au dessus de la place mystique, qui semblait gémir sous son petit poids et le vent criard en cette nuit tourmentée, L'escale avait été de rigueur, les tempêtes brûlantes du sud mugissait déjà dans les épais et imperméable nuage obscur plafonnant le port. Il allait pleuvoir, c'était la seule chose qu'il pouvait se formuler pour ne pas finir tétanisé plusieurs mètre au dessus de la place sur une passerelle bancale. Il ne connaissait rien à ce monde. Mory et ces hommes ne lui avaient pas laissé le choix d'y tomber dedans, sans rien en connaître. Ce foutu escroc n'était pas réputé pour être un tendre, quand il veut, il prend. Alors, il prit la mère de Tobby sur une table dans des hurlements effroyable et prit le môme pour le traité en clebard. Il savait que si il prenait la fuite maintenant, il le retrouverait et comme il lui disait « Ta beau avoir 8 ans petit, les gamins ça coule quand même bien. ».

Il gravit avec un tremblement secoué par le vent, ces cheveux un peu trop long et sale lui fouettant le visage. L'entrée de la Taverne Suspendue débordait d'une lumière rougeoyante et de ces rires gras qu'il connaissait. Les ombres se découpaient à l'intérieur, dessinant la valse des serveuses. Il prit un peu d'assurance et avança vers la bouche lugubre nimbé des lueurs de bougies, qui râlait un tintement de verre et remuait du glouglou du Rhum. Il se laissa avalé dans l'espace, son visage fut lécher de toute les odeurs possibles. Ca sentait l'iode, le rhum et la sueur... un nez aguerri aurait même sentie cette fragrance de poudre mouillée et de fer chaud des canons à peine utilisé. Un coup siffla dans un son sec et un type non loin tomba de tout son long. Un Charr tenait un tromblon massif encore fumant et rugit un « Qui osera me marcher sur la queue encore ? ». Toute la taverne s'esclaffa d'un rire à l'unisson sale comme la pisse. Tobby regardait le cadavre étendu, un trou maquillant son front et le sang teintant le parquet. Weber secoua ses cheveux poisseux trop long tombant sur son front et soupira longuement, sautant négligemment au dessus de son comptoir pour planqué le mort se refroidissant malgré la chaleur, derrière, histoire que ce soit ranger. Il manqua de vomir, ça lui faisait souvent ça depuis qu'il était à la solde de Mory. Personne ne remarquait le mioche et s'il l'avait fait, il s'en foutait visiblement. Le garçon se faufila parmi ces gens si grand aux vêtements limé et délavé par le sel. Il jetait par moment un regard inquiet sur les pistolets coincées à leurs ceintures.
Un Norn massif donna un coup alors qu'il se déplaçait à une table dans l'épaule de Tobby, le gosse tituba un instant et le pied coincé dans le trou d'une latte de bois donnant sur le vide, tomba comme le fit le mort plus tôt. Il se rattrapa sur ces mains se les écorchant. Le petit couteau qu'on lui avait dit de porter en cas avait glisser hors de sa ceinture dans sa chute et désormais valsait poussé par les pieds de la faune trop dense et peu attentive. Personne non plus ne s’arrêta pour aidé le gamin par terre qui se posa sur son fessier pour taper dans ses mains douloureuse et chercher du regard le couteau qu'il avait vu filer.

«  Pousse Toi de là le Mioche » rugit un humain désirant passé et qui ne se pria pas pour le dégager en lui donnant une impulsion du pieds. Tobby se disait que lorsque maman était là, ce n'était pas comme ça, il regrettait même les privations de dessert. Il se mit à quatre pattes après avoir râler du petit coup qu'on lui avait asséné sans pitié et tenta de récupéré parmi les jambes sa petite arme, trop petite pour des gens comme ceux là. Un grand gaillard à la peau tannée se prit son énorme botte dans le gosse à terre, il sautilla sur un pied et se rééquilibra, dans un geste réflexe sortit son marteau, ce disant que putain si il avait eu une bouteille de rhum à la main et qu'il l'avait lâché, il n'aurait pas fait de quartier. Il agita un peu son marteau pour trouvé le coupable et vit le petit truc qu'on appelle enfant par terre le regarder avec une mine apeurée. Il ressemblait à une bestiole terrifié. Gueule de Drake fronça les sourcils et rengaina son arme et chopa le moutard par l'arrière de son col et le traîna plus loin. «  T'es bien mignon mais reste pas là ». Owen le souleva par le vêtement et assit Tobby sur une table comme si il n'était qu'une chope. Le pirate avant de se noyer à nouveau dans la foule prit deux bouteilles nullement à lui sur la table ou seul un vieillard mâchant sa chique était attablé le regard dans le vague et qui ne protesta pas. Tobby fit rouler ces yeux en tout sens sans vraiment comprendre ce qu'il venait de se passé et lança un regard plein d'espoir au vieillard qui suite à cette échange de rétine cracha sa chique par terre et prit une bouteille à sa ceinture.

-Gaffe Jimmy, j'sais pas pourquoi t'es là mais t'as l'air complètement paumé. Reste le cul sur cette table et ça se passera bien.

-Je m'appelle Tobby m'sieur...

-Et bien maintenant tu t'appelles Jimmy.

Le vieil homme débouchonna sa bouteille avec les dents et siffla une longue goulée du liquide, avant de tendre le breuvage au gosse.

-J'ai pas le droit... maman serait pas d'accord... j'ai que huit ans m'sieur.

-Je ne vois ni ta mère et il n'y a pas d'age quand on rentre dans la taverne de Weber. On boit, on baise, on tue, dés qu'on apprend à dire not' premier mot Jimmy. D'ailleurs, mon premier mot c'était « Rhum ».

Tobby papillonna un instant et prit la bouteille pas sur et la renifla se soulevant un peu le cœur rien qu'a l'odeur. Le vieillard lui fit signe d'y allé franco, le mioche hésita un instant et le fit avant d'avaler et de s'étouffer, secouant sa cage thoracique de spasme.

-Mais c'est pas bon !

-Ca c'est parce que t'as pas encore assez de jus pour le savourer à sa juste valeur Jim. Ca te va que je t'appelle Jim ?

-Euh...

-Parfait. Alors, Jim qu'est  ce que tu fais là ?

Le petit se racla bruyamment la gorge, pas vraiment à l'aise. Il détailla en silence, le vieillard qui ne jouait pas vraiment les papys. Il était très marqué le sillon de ces rides lui dessinait les expressions qu'il avait usé des années durant. Un cache œil taisait l'éclat de l'iris de son œil gauche. Ces cheveux emmêlé et long se nouait de manière sale autour de breloque multiple et ses dents était à l'instar de son haleine parfaitement moisie. Mais à bien y regarder,cet homme aurait pu paraître minable, mais sa posture droite et son regard d'un vert acide et ces tatouages de la vie, lui donnait un air respectable et impressionnant. L'usure ne l'avait fait couler. Il réajusta son tricorne en cuir marron sur lequel était accroché une petite broche en forme de lune dorée et quelque petit os y avait été cousu pour la décoration. Tobby ouvrit la bouche comme impressionné et préféra rivé son regard sur les bagues en argents et or qui jonchait chaque doigts squelettique de l'homme.

-Et bien Moriarthy m'a dit de venir ici réglé une affaire d'argent avec Weber... Il m'a dit de lui parlé de l’événement de la Mouette Rieuse...

-Tu traficotes avec Mory ? Vu ta bouille d'angelot tu sais même pas de quoi tu parles.

L'homme roula doucement entre ces mains à la paume embaumé de vieux tissus noir délavé, une cigarette et encouragea du regard le petit à reprendre une goulée de Rhum.

-Vous êtes un pirate vous aussi m'sieur ?

- Non je vends des betteraves et des sacs à puces à des connards de noble.

-Des sacs à puce ? Des chiens ? Vous en avez ?

-Je plaisantais Jim'. Je suis un pirate, comme on en fait pas deux pourquoi t'as l'impression que tu pourras trouver autre chose ici que des raclures qui se dorent la pilule sous le pavillon noir ?

-… donc tout le monde ici est un pirate... en même temps ça se voit, fit il en regardant la faune grouillante.

-Comment ça ? Ca se voit ?

-Et bien comment dire... un pirate ben ça se voit sur son visage, il est... euh moche et sale et habillé bizarement...

Le vieillard haussa un sourcil et posa un silence pesant et lourd. Ca dura, l'oeil ne quittant Tobby. Puis, soudainement il éclata de rire.

-Je ne peux pas contredire, néanmoins … tu n'as pas tout vu, la mer nous offre des joyaux aussi.

-Ah comme ?

-Comme des bateaux par exemple. Mais tu me diras si il n'y a pas de mer, il n'y a pas de bateau. Mais sinon même si t'es pas en age de comprendre, j'ai l'occasion de servir une des plus belles femmes des sept mers et probablement de ces foutus terres. Une dryade envoyé par les dieux mais aussi sanglante que la haine elle même. Une sirène qui happerait n'importe quel fou à sa triste mort. Et m'dit pas que ta mère est plus belle. Elle n'aura jamais le prestige du Capitaine Aube-Rouge.

-C'est qui ? Elle est ou ?

- Même pour un paumé tu te devrais de connaître le Capitaine Morgana Aube-Rouge si tu fous les pieds chez Weber tout du moins. Et non elle n'est pas là elle a bien d'autre chose plus intéressante à foutre que de piaillé avec un gamin ignorant. Mais en ce qui se fait de pirate, Morgana est unique en son genre. Après j'parle pas de ces foutus corsaires, qui vendent leur âme et pissent sur le code, ils en ont des pas mal.

-Ben je la connais pas... monsieur Moriarthy en a jamais parlé.

-Le con... celons mon jugement parfaitement subjectif je l'aurai tué pour moins que ça. Mais si tu ne connais pas Morgana … tu ne connais pas le navire duquel je suis Quartier-Maitre, le plus légendaire des navires qui mouille dans se foutu port ? «  Le Crépuscule ».

-Euh... c'est grave si je dis non ?

Le vieil homme tapa du plat de la main et se leva brusquement dégaina son tromblon et tira dans le plafond « SILENCE ! » rugit sa voix grave et profonde. Il retourna son regard vers le gamin, assassin, il déclama haut et fort alors que le silence était à peut prêt tombé « J'ai un mioche qui ose venir ici Dans le Nuage Suspendu et QUI ne connaît pas l'existence du CREPUSCULE « . Le môme ne savait ou se ranger. Un pirate beugla un « On s'en fou le Vioc » et d'un geste vif de ce dernier, se retrouva par terre, en se tenant l'entrejambe qui avait été avec brio visé. «  Que le moindre crétin qui ne connaît pas ce légendaire navire ramène son cul à cette table. Il est l'heure de vous donner une leçon d'histoire ». Plusieurs hommes s'attablèrent et beaucoup étaient de l'équipage. Le vieillard les regardait d'un air sévère et tapa l'arrière de la tête du plus proche.

-Vous êtes complètement con ou quoi ? Vous la connaissez déjà cette histoire.

-On aime juste t'entendre la raconté ça parle de not' navire quand même ! Protesta celui qui avait été tapé.

-Oh... excusez moi j'ai été médisant, fit le vieillard d'un ton sarcastique avant de ricaner. Si mes moussaillons veulent que je les borde ce soir sans problème. Bon...

Il claqua des doigts devant les yeux du môme.

-T'a deux yeux profite en pour les river sur moi et ouvre grand tes oreilles de petit merdeux.

Une sorte de simili silence c'était posé comme pour respecter l'histoire qui allait être conté, d'ailleurs Tobby entendit enfin le son de la pluie qui martelait la toiture en tôle de l'auberge. Le vieillard se laissa allé sur son dossier bu une goulée de rhum et s'enfonça dans le mouvement dans l'ombre ne laissant que son chapeau et son visage à l'oeil intact être découpé par les lueurs des bougies.



"Gravure Frégate de 12"

"Voici la légende du Crépuscule... Il y a des années de cela, deux frères voguaient avec puissance à bord d'un navire que l'on nommait « Le Jour ». Le plus âgé se prénommait Hélias le Flamboyant et le second Karell le Nocturne. En sillonnant les eaux, leur noms étaient devenu un symbole de respect. Car à bord de leur navire, à eux deux formaient les Capitaines les plus efficace des ces maudites mers. L'un redoutable de jour apparenté au lueur d'un soleil levant et l'autre infaillible de nuit, éteignant les vies comme le soleil se couche. Ensemble, dans la brume et sous l'ondulation de la fumée de leur cigarette, ils étaient le cycle du jour. L'on disait que tant que le jour continuerait sa course de l'Est à L'ouest, alors rien ne les emmènerait dans les bras du dieux des abysses. Mais l’éclipse demeure latente, attendant son heure pour survenir. Car les griffes d'Abbadon sont les seules maîtresses. Quoi qu'il en soit, « Le Jour » n'était pas un navire comme tous aime à voir les pirates et leur code. Ces capitaines aspiraient à bien plus grand, que leur navire face corps avec les eaux et le ciel qui s'y reflète, à leur yeux l'horizon était vain car entre les divins cieux et l'offrande qu'est la mer il ne pouvait y avoir de séparation. L'or était si peu de chose comparé au trésor sur lequel nous voguons. Ils voulaient le posséder, le comprendre, allé au bout de ces mystères infinis. Aussi, lorsque Karell trouva ce coffre enfoui dans le sable d'une île perdue, il y décela une précieuse énigme tracé tel une carte sur un vieux parchemin mouillé. Personne sauf les deux frères virent se que dessinait cette carte, mais elle narrait la légende d'une lance qui aurait été nimbé du pouvoir du seul dieu des mers ! C'est avec le courage et la folie de deux hommes que le jour percera l'aube comme le crépuscule pour trouver ce que nul homme avant eux aurait pu trouver. Ainsi, « Le Jour » s'élança dans une quête qui aurait pu se terminer là. Par un échec de fou, prêt à tout et s'étant perdu comme tant d'autre navire en mer. Pourtant, rien ne fut si glorieux, le voyage fut long, éternel, la famine et la maladie rongea doucement l'équipage, mais ni la vie ni la mort, n'aurait pu arrêter les deux frères. Si la verve et la passion habitait les Capitaines, il n'était le cas de leur équipage. Ils leur supplièrent maintes fois de faire marche arrière, d'abandonné là. Alors, qu'il approchait de récif un temps de tempête ou la pluie frappait la coque comme les tentacules du Kraken l'aurait fait, l'équipage se retournèrent vers Karell barre en main. Ils le menacèrent de leur armes et allèrent chercher Hélias dans sa propre cabine et firent de même. Quand l'équipage reprit le navire, les deux frères furent déposé en mer à bord d'une simple barque et alors le Quartier-maître, devenu nouveau Capitaine, leur énonça ceci « Si vous êtes les hommes que vous prétendez être vous reviendrez de ce voyage. ». Ainsi, s'effaça « Le Jour » laissant derrière lui ces anciens et impétueux Capitaines. L'histoire aurait pu se finir là mais... chose aussi folle soit elle, la fierté des deux hommes les menèrent à poursuivre leur voyage, bravant la mort et que GRENTH LES EMPORTENT TANT QUE LE SEL MAQUILLE LEUR LEVRES ET QUE LA GLOIRE DE DEUX HOMMES FACE AUX MONDES LES ACCOMPAGNENT YO-HO. Le temps passa, plus personne n'entendit parler d'eux.
Mais dans une journée à la lune visible, une barque se dessina à l'horizon de la Côte de la Marée Sanglante. Et par les milles Sabord et les tonnerres des Dieux, ils revinrent aimant le froid de leur âme qui délaissait doucement leur corps fait de chair. Leur esprit lui, demeurait et les poussait à ramer toujours, il ne s’arrêtèrent sur les plages de sable brûlant de la côte, il voulait poser pied sur les quais de l'Arche. Et c'est ce qu'ils firent. C'est un pas lourd de leur bottes pleine d'eau qui résonna sur les planches, laissant ceux qui connaissait leur visage, muet. Personne n'a jamais su comment ils avaient pu survivre et comment ils étaient revenu mais ils revinrent, comme si « Le Passeur » lui même les avait ramener jusque là.
Comme l'écume léchant le sable qui borde notre aimée, la rumeur de leur retour allait et venait. Après ce moment là, au son des planches craquantes de leur exquise Resurrection, Ils disparurent de nouveau.  Pendant Sept longues années, laissant derrière eux comme seuls témoins, leur empreinte sur la plage. Alors les mots devinrent fiction, l'histoire du "Jour" qui sombra sous les canons de bateau plus puissant, une légende et la légende s'oublia. Sept années, Deux mille cinq-cent cinquante cinq jour, Soixante et un mille trois-cent vingt heure... C'est long, assez long pour que naissent et meurt des milliers de corgniaud qui racle la terre.
Mais l'on parla, dans les murmures des plus connaisseurs, d'un chantier tenu au secret dans les grottes enclavé à flanc de falaise à la Cote de la Marée Sanglante. Deux navires, immense, des monuments dirent certains, se batissait loin des regards curieux. L'on parlait d'une voile nimbé de Blanc, à la coque de Nacre et le second, aux voiles puissantes et large noire comme l'encre des pieuvres, en coque d'Obsidienne, voilà ce que furent les premiers mot aux sujets des deux navires jumeaux "L'Aube", navire de Hélias le Flamboyant et le "Crépuscule", tenu par Karell le Nocturne. "

Tobby était ébahi, la machoire à s'en décroché puis formula dans un souffle alors que la cohut de la taverne avait reprit à plein régime il y a un moment de celà.

- De la nacre et de l'Obsidienne vraiment ?

- Non... mais soit pas naif c'est une légende, c'est du bois... comme n'importe quel bateau, l'obsidienne c'est une caillasse. Jette un caillou dans l'eau il coule. Soit pas con putain Jimmy !

TO BE CONTINUED
Voir le profil de l'utilisateur
 

[BG : Morgana Aube-Rouge] La Légende Du Crépuscule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aube rouge.
» Grom'Hellscream alias la légende l'orc rouge
» Jour 5 - L'aube est rouge, beaucoup de sang a dû couler cette nuit !
» Une aube funeste ...
» La milice, et l'Aube Ecarlate.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum