AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 [Le Promontoire] Les Potins Mondains de la Baronne de la Rosette

AuteurMessage
Lilly Doll
La Diplaymate
avatar

Age : 24
Localisation : Quartier de Salma, Promontoire

Ven 14 Oct - 20:47



Les Potins Mondains de la

Baronne de la Rosette







Aujourd’hui, dans notre rubrique « Légendes et Célébrités », intéressons-nous au cas le plus romantique, mystérieux, magique et non moins délicieux, de ce que nous aimons nommer, entre bonnes amies : « la Double H ».
Aussi mystérieux que le succulent « je t’aime moi non plus » de la Comtesse Anise à notre Ministre Légat, le cas de « la Double H » est bien sûr un acronyme qualifiant le démoniaque Chevalier Herkassel à la très sainte Comtesse Lilly-Rose Honory. Un an à peine s’est écoulé que leur idylle donne de quoi faire saliver toutes les plus créatives d’entre nous et ce encore, pour les trente prochaines années à venir ! Oubliez les complots et les tristes guerres de nos partenaires politiques (aussi bien officiels qu’officieux) et venez alimenter les moult rumeurs et hypothèses d’une relation qui, très clairement, sort d’un conte de fée.


Rappelons-nous : Bal du Quartier de Salma, au zénith de l’automne, il y a un an. Le temps s’était bien rafraichi, mais nous étions bien trop braves pour venir en nonnes frigides. Contre toute attente, la renégate de la Cour ose accueillir les premiers convives dans une tenue des plus osées ! Exit les cols roulés, les robes longues et strict, ce masque effrayant qui cachait son visage et ce velours noir qui lui donnait des airs de veuves noires. On découvrait une jeune femme qui n’avait pas encore atteint la trentaine, la taille fine, une coiffure bouclée et une tenue légère qui mettaient ses courbes en valeurs ; le tout dans des teintes aussi pâles que sa peau de porcelaine. Mon ami, le chevalier De Latour me le disait encore hier : « Une aussi belle fleur mérite d’être cueillie plusieurs fois ». Elle offusque, elle excite, elle intrigue. Son sourire est toujours maîtrisé et son port de tête, calculé. Une perfection humaine qui dérange !


Arrive alors le démon de minuit. Le sibyllin et provoquant chevalier Herkassel qui fait battre nos cœurs et réveillent nos fantasmes les mieux cachés. L’excitation monte d’un cran à son arrivée et pourtant, on s’étonne de sa présence. Lui, dont le penchant allait pour les fêtes décadentes qu’il organisait une fois par semaine (où l’on s’abandonne à nos instincts les plus euphoriques) se trouvait ce soir-là à ce bal de charité, sourire aux lèvres. Aussi beau et fringuant qu’à son habitude, les cheveux nacrés volant au vent dans cette grâce subtile qui n’appartient qu’à lui ; doté d’une tenue aux différentes teintes de vert qui s’accordaient à la perfection aux abysses de ses yeux perçants. Mes belles fleurs en soupiraient par avance. Reprenait-il du service pour combler la noblesse ? Et pourtant, peu osait l’approcher et s’entretenir avec lui. La perfection effraie tellement ! … Sauf, la perfection même.

D’abord ignorants l’un de l’autre, puis quelques regards, une conversation, un rire et je vous laisse imaginer la suite. Jusqu’à l’audacieux baiser en pleine valse de la fête du Roi Dément. Comme le dirait mon Eli, ma chère Elisabeth de Montaspen : « On aurait cru qu’ils allaient mutuellement se dévorer ! ». Mes chères roses, choquées et jalouses, commencent dès lors leur investigation. Sont-ils sous filtre d’amour ? Sous enchantements ? Où est-ce seulement pour l’immense richesse de la Comtesse (car nous aimons le rappeler, s’élève aujourd’hui à plus de 50 000 pièces d’or), que le chevalier porte la parure de l’homme juste ?

La relation choque. Nous avons presque l’impression d’assister à un viol à long terme. Pauvre petit ange Honory qui s’est fait mordre par le vampirique Herkassel. Mais qui ne tomberait pas dans ses bras ? Certains pardonne à la Comtesse, d’autres essayent de la conquérir, mais elle semble tout à fait charmée, et le preux chevalier continue encore de réaliser ses rêves de princesses.

Notamment ce fameux soir où il exhiba aux yeux de tous, sa nouvelle conquête ! Souvenez-vous : Carmen était présentée à l’Opéra du Promontoire Divin au début de l’hiver. Prestige s’alliant à prestance, ils étaient arrivés dans des tenues contrastées et délicatement assorties à la fois. Le plus surprenant était surtout que nous voyions la Comtesse deux fois de suite à une soirée en l’espace d’un mois (alors qu’elle faisait preuve d’absentéisme depuis plus de treize ans !). L’angélique poupée était donc rentrée dans nos rangs décadents ? Et lui, protecteur au sourire sadique, qui regardait tout le monde en chien de faïence comme si on allait la lui voler ! Il avait un air réservé et totalement fou de sa compagne ; et l’ensemble donnait l’impression d’assister à une scène de comédie de secondes zones ! D’ailleurs Victoire de Archester en fut la plus choquée. Je me souviens qu’elle lorgnait le couple durant tout l’opéra à l’aide de ses jumelles. Mais elle n’était pas la seule, si bien que le véritable spectacle était tourné sur le pelotage en règle des deux amants cachés dans l’ombre ! Quelle discrétion…

Et le plus extraordinaire nous attendait au salon ! Car il se trouvait que la Comtesse n’était pas aussi gourde que nous le pensions ! Lady Côme me le rappelait encore : « Une grande bonté dans des paroles gracieuse. Elle avait un mot agréable pour chacune d’entre nous et était pleine de conseils ». Mais cela ne rendit que plus folle notre charmante Victoire de Archester, qui en profita pour tâter la tendre chair de la jeune femme avant de l’empoisonner sans vergogne. La Comtesse se montrait digne, sans la moindre animosité… mais de toute manière elle n’en aurait pas eu le temps, à cause de son prince charmant qui renvoya d’un soufflet verbal l’arachnide Archester ! On se serait cru dans un roman de capes et d’épées ! Et quel prestance, quelle élégance ! Ils sont repartis comme des rois et reines, ayant imposés leur marque de manière définitive dans la Noblesse.

Vos avis furent dès lors tout à fait mitigés. Beaucoup de « sorcellerie », de « couple parfait », de  « Oh mes Dieux il est pris, que vais-je faire ?! ». Allons mes ambitieuses fleurs, ne me mentez pas, vous étiez jalouses de ne pas être à la place de cette poupée parfaite. Vous aviez même rafraîchit votre nuque pour gagner en prestance et conquérir le cœur de ce beau chevalier au regard de braise ! Mais il y avait bien plus rancuniers que vous ; car dès lors, je remarquai un sentiment de haine naître dans les tréfonds de la Cour. Orchestrée par Archester ? Des nobles éconduits tous puceaux ou vierges ? Aujourd’hui, mieux vaut en rire car c’est exactement ce qu’ils firent. Le couple a totalement ignoré les mauvaises langues que nous étions, pour vivre leur amour à deux et continuer leurs affaires communes. Jusqu’à même se marier sur un véritable coup de tête cet été.

Oh mes belles fleurs, vous n’étiez pas au courant ? Ils se sont mariés, et même plutôt deux fois qu’une! D’abord en se tatouant leurs doctrine autour de leur annulaire gauche, puis en se mariant très discrètement dans le petit jardin coquet du Ser. Je vous le dis, un véritable conte de fée devenu réalité. Comment aller contre quelque chose de parfait ? C’est peut-être pour cette raison qu’Archester a disparu se refaire une jeunesse dans une autre ville. On m’aurait d’ailleurs précisé qu’elle volait la jeunesse de chétifs sylvaris ! Après tout, elle n’était guère bonne qu’à cela.

L’idylle continue, malgré les dangers du Promontoire. Comme cet étonnant Sculpteur du Temps qui a voulu refaire le portrait de quelques citoyens dont la chère Comtesse, ou bien cette agression subite du Chevalier alors qu’il donnait ses cours de magie dans les quartiers du Promontoire. Retenons même cette explosion subite du Manoir Herkassel ou l’attentat raté de la Boutique au Fil d’Or durant leurs absences ! Tellement de jalousies et pourtant ! A eux seuls, ce couple est arrivé à s’accorder la bonne grâce de bons nombres de gens, dont (et surtout) notre adorable et vénérée Reine Jennah ! Notamment en déjouant un tueur en série et en enquêtant sur ces agressions. Mais qu’en est-il ? Une aussi belle récompense va bien au-delà d’un simple service rendu à la Capitale.


Avisons mes belles fleurs, et prenons du recul. Tant d’éloges pour une simple affaire ? C’est qu’au fond, ils sont plus présents qu’on ne le pense. J’aimerais alors reprendre les termes bien employés de la Reine pour mieux analyser ses « héros de l’ombre ».

Nous voyons d’un côté un docteur délicieux en arcane qui possède une magie dépassant l’entendement. De l’autre, une envouteuse comtesse qui tend à devenir la personnalité la plus respectée du Promontoire. Les deux sont récompensés pour leurs actes magiques et diplomatiques et assurent le pont entre la Royauté et celui du Prolétariat. Ils sont riches, puissants, magnifiques, éloquents et surtout… bourrés de magie. Mais où peuvent-ils aller avec autant de maîtrise ?  

Dans tous les cas, que notre Majesté se rassure. Si la Reine Jennah meurt dans sa belle jeunesse, ce couple-là est prompt à lui succéder. Alors mes chères boutons de roses, vous qui avez si souvent critiqué ce couple diaboliquement angélique, sachez une chose : mieux vaut être leurs amis que leurs ennemis. Le pouvoir est une symbolique simple à user et à manipuler quand on sait ce qui maintient le monde. Ils n’ont peut-être l’air de rien comme ça, mais vous avez tout à gagner à rester dans leur bonne grâce.

Ainsi, fonctionnent-ils comme une hache bien aiguisée : à partir du moment où elle est suffisamment affûtée, cette arme majestueuse peut frapper dans les deux sens et toujours avec précision. Alors haut les cœurs mes mignons « Double H ». A vous seuls, votre nom tranchera l’opinion du monde !







"On oublie souvent qui on est. Mais, on oublie rarement qui on a été..."" ~ Lilly Doll.
"Noble, connard, paysan, voleur. Au fond qu'importe le rang. On se retrouvera tous dans le même trou!" ~ Maud Mirage
"Le vent de lève..." "...Il faut tenter de vivre. " ~ Lys et Bertille Monroe
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Le Promontoire] Les Potins Mondains de la Baronne de la Rosette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Baron - Baronne
» Julia, Baronne de Léglise bleu.
» Le Promontoire Divin, haut-lieu de la pratique RP
» Ragots, Potins et vie privée, quand le rpg K devient closer.
» VIVEROLS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum